France Acouphènes - 92 rue du Mont Cenis - 75018 Paris - Tél : 0 820 222 213

Lexique

 

Les traumatismes sonores

 

Ils se définissent par l’exposition brutale à une stimulation sonore de très forte intensité sans protection auditive

traumatismes sonores

Les cellules ciliées endommagées ne sont pas remplacées; leur atteinte peut se solder par une perte irréversible responsable de troubles de l’audition. En générale, la surdité neurosensorielle se situe dans la bande fréquentielle du son responsable du traumatisme sonore.

Le traumatisme peut être un phénomène aigu (arme à feu, détonation, boîte de nuit, concert, etc…) ou chronique (travaux de percussion sur métaux, …)

Signes cliniques :

  •     sensation d’oreille bouchée, hypoacousie, acouphènes
  • +/- douleur (l'otalgie traduit le plus souvent une maladie de l’oreille externe ou moyenne (une maladie de l’oreille interne n’est pas douloureuse) mais peut également être en rapport avec une affection siégeant à distance de l'oreille (otalgie réflexe) et hyperacousie douloureuse


 Sur l’audiométrie tonale, la courbe osseuse aura une encoche sur la fréquence du son responsable du traumatisme. 

En cas de trauma aigu, la récupération est possible en fonction de la durée et de l'intensité du traumatisme; Mais pour un trauma chronique, la récupération est rare et l'atteinte peut toucher les autres fréquences.

 Traitements

Traumatisme aigu :

  •     lutter contre l'hypoxie (oxygénation insuffisante des tissus et cellules ) et l'œdème cellulaire avec des corticoïdes (type surdité brusque)

Traumatisme chronique :

  •     Eviction du milieu sonore dès les premiers signes, mais souvent contrainte professionnelle, difficulté de reclassement
  •     Prévention collective (isolation, décrets limitant l'exposition sonore) et personnelle (casque, bouchon…)
  •     Appareillage auditif
  •     Demande indemnisation (maladie professionnelle) à faire moins d’un an après le début de la retraite

source : hopital-lariboisiere.com