France Acouphènes - 92 rue du Mont Cenis - 75018 Paris - Tél : 0 820 222 213

La déficience en fer associée à une perte de l'audition

L'anémie par carence en fer est associée à l'apparition d'une surdité, selon les résultats d'une étude parue jeudi dernier dans le « JAMA Otolaryngology-head & neck surgery ».

Les travaux ont été menés par le Dr Kathleen Schieffe, et ses collègues de l'école de médecine de Pennsylvanie, chez des adultes ayant entre 21 et 90 ans. Les auteurs ont conduit leur étude à partir des données médicales de plus de 300 000 patients adultes, chez qui les taux sanguins d'hémoglobine et de ferritine ont été mesurés, de même que leur audition.

Les chercheurs précisent que 43 % des patients de l'étude sont des hommes, avec un âge moyen de 50 ans. Seuls 1,6 % des patients de l'étude présentaient un problème d'audition. Il pouvait s'agir d'une perte d'audition conductive (caractérisée par des déficiences au niveau de l'oreille externe ou de l'oreille moyenne) de surdité neurosensorielle (majoritaires) ou combinée. La déficience en fer est présente chez 0,7 % des patients de l'étude.

La perte d'audition neurosensorielle (présente chez 1,1 % des individus ayant une carence en fer) et la perte d'audition mixte (présente chez 3,4 % des patients carencés en fer) étaient significativement associées à un faible taux de ferritine ou d'hémoglobine.

Une relation à élucider

« L'association existe, affirment les auteurs, la prochaine étape consiste à comprendre cette corrélation et de comprendre si le diagnostic précoce et le traitement de la carence en fer permettent une évolution plus favorable de la perte d'audition. »

On ignore encore quel type de relation peut relier la perte d'audition et la carence en fer, mais plusieurs études récentes ont montré un lien statistique entre les deux anomalies, principalement chez les patients de plus de 60 ans. Une hypothèse veut que la carence en fer soit à l'origine d'une baisse de l'afflux en oxygène au niveau des structures de l'oreille interne. La cochlée a notamment été identifiée comme étant très sensible à ce genre de changement chez le rat.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Damien Coulomb | 03.01.2017