France Acouphènes - 92 rue du Mont Cenis - 75018 Paris - Tél : 0 820 222 213

Extraits de la REVUE 82

T I N N I T U S S I M O - 4 e T R I M E S T R E 2 0 1 3

Couv Revue 82

 

 

 5 PANORAMA
VIE ASSOCIATIVE
Les permanences de France Acouphènes
6-7 4e édition du colloque de l’AFrEPA à Lille :
Les multiples facettes de l’acouphène
8-10 7e Congrès Tinnitus Research Initiative
à Valence : un message d’espoir pour
le traitement des acouphènes
11 TÉMOIGNAGE
30 ans après un traumatisme sonore…
Je revis
13 PANORAMA
VIE ASSOCIATIVE
Formation des bénévoles à l’écoute
téléphonique
Formation à la prévention en situation
d’urgence
14-15 Anciens numéros de la revue
16 VIE DES RÉGIONS
Joué-lès-Tours : Salon des sports
et des associations
Groupe de parole
17 Première conférence débat au Châteaud’Olonne
sur le thème :
Les acouphènes : en parler et être écouté
Premier groupe de paroles à Pleucadeuc
18 Sons et audition, tous concernés par la
semaine « Uni-Son » à Saint-Privat-des-Vieux
Groupe de paroles à Nîmes
Activités à Perpignan
19 Journée de sensibilisation sur les
problèmes d’audition au Crédit Agricole
Indosuez Private Banking
Conférence à Aulnay-sous-bois :
Du bruit dans les oreilles

 

20 Forum des associations à Paris 18e
Conférence à l’Union des retraités d’Évry
Interview de Jean-François Morel
sur la radio RCF
21 France Acouphènes à la Journée handicap EDF
22-23 RECHERCHE
La molécule AM-101
va être testée sur l’homme
24-27 DOSSIER
La maladie de Menière (suite et fi n)
28 NOS BÉNÉVOLES À VOTRE ÉCOUTE

 

Extraits de la Revue 82 - T I N N I T U S S I M O - 4 e T R I M E S T R E 2 0 1 3

 

 carrejaune 4e édition du colloque de l’AFrEPA à Lille : Les multiples facettes de l’acouphène par Katia Delaval (Audio infos)

 Dans le numéro 81 page 19 nous avions évoqué les sujets qui avaient été abordés lors du congrès AFrEPA qui avait eu lieu à Lille en septembre. Avec l’autorisation de Guillaume Bureau, rédacteur en chef de la revue professionnelle Audio infos et de Katia Delaval, journaliste auteur de l’article dans le numéro 187 d’octobre 2013 d’Audioinfos, vous trouverez ci-joint le résumé de ce congrès. Bonne lecture JG C’est Lille qui a accueilli cette année la 4e édition du colloque de l’AFrEPA, les 13 et 14 septembre 2013 .

bandeau douleurs

La 4e édition du colloque de l’AFrEPA (Association française des équipes pluridisciplinaires en acouphénologie) s’est tenue à la faculté de médecine de Lille, le rendez-vous annuel de l’association, ouvert à tous les professionnels qui souhaitent s’informer sur cette pathologie.

Au cours de ces deux journées, l’acouphène a été abordé sous de nombreux aspects et surtout du point de vue des différents acteurs de sa prise en charge.

Londero 4 afrepa

Les spécificités de la prise en charge des acouphènes très récents

Au cours de cette table ronde, trois cas cliniques d’acouphènes récents ont été traités par les différents spécialistes. « La physiopathologie de l’acouphène post-surdité brutale est complexe et probablement non homogène, souligne Alain Londero, ORL à l’Hôpital Georges-Pompidou à Paris. Un bilan étiologique audio-métrique (tonal et vocal) et radiologique (IRM) est indispensable avant toute autre prise en charge. L’ORL peut ensuite mettre en place un traitement médicamenteux par corticoïdes et vasodilatateurs, qui n’est qu’une urgence relative puisque des études ont montré une efficacité tout aussi bonne après une semaine.

Conjointement, il faut favoriser les processus d’habituation. » Une prise en charge identique est préconisée en cas d’acouphène post-trauma sonore, pour lequel il est nécessaire de rechercher une perte auditive. L’audioprothésiste peut adapter l’aide auditive en modifiant l’amplification, mais aussi en y adjoignant un générateur de bruit blanc si nécessaire. « Le générateur de bruit blanc est idéal dans le traitement des acouphènes sans surdité », souligne Marie-José Fraysse. Enfin, lors d’un acouphène récent sur une hypoacousie ancienne, il est indispensable d’évaluer l’évolution des seuils auditifs ...

 

 

 

 

La suite dans la Revue 82

 

 

carrejaune La maladie de Menière (suite et fin)

Vertiges, pertes d’audition, bourdonnements d’oreille, nausées, vomissements


par J.-P. Demanez, et L. Demanez, Université de Liège

 

Suite et fin de l’article « La maladie de Menière » publié dans La Revue de France Acouphènes numéro 81 pages 24 à 26

NDLR : l’importance de ce document a nécessité de le publier sur 2 numéros de la revue. Le précédent numéro traitait des symptômes. Aujourd’hui, nous abordons le diagnostic, la physiopathologie et le traitement.

 

carrevert Diagnostic


Le diagnostic de la maladie de Menière est essentiellement posé sur base d’une anamnèse complète et minutieuse : quels sont exactement les symptômes principaux et associés, y a-t-il des circonstances de déclenchement, existe-t-il des signes annonciateurs de la crise, quelle est la durée des crises, leur fréquence et leur évolution au fil des mois, quels sont les symptômes persistant entre 2 crises ? Les examens complémentaires permettent de juger du caractère plus ou moins plausible du diagnostic. Les résultats de certains peuvent par contre exclure le diagnostic de maladie de Menière.


L’audiométrie tonale
Elle permet la mesure du déficit auditif sur les différentes fréquences du spectre auditif. En début d’évolution, la maladie de Menière affecte le plus souvent les fréquences graves, rarement exclusivement les fréquences aiguës. En cours d’évolution, la surdité s’accentue et atteint toute la gamme des fréquences. La perte auditive est de type perception (oreille
interne) et s’accompagne volontiers de distorsions (recrutement). Des fluctuations de cette perte au fil du temps sont très évocatrices de la maladie de Menière. La cophose (surdité totale) reste exceptionnelle.


L’audiométrie vocale
Elle permet d’objectiver les conséquences des distorsions .............

La suite dans la Revue 82

 

 

carrejaune 7e Congrès Tinnitus Research Initiative à Valence : Un message d’espoir pour le traitement des acouphènes

Cite des arts et des sciences à Valence Espagne

Par les correspondants Audio infos locaux : Kristin Suleng et José-Luis Fernandez. Adaptation française : Ludivine Aubin-Karpinski et Arielle le Masne

La Tinnitus Research Initiative (TRI) a organisé du 15 au 18 mai 2013, la septième édition de son rendez-vous annuel à Valence en Espagne. Le mot d’ordre de cette conférence « Acouphènes ! : une maladie traitable », a été choisi pour mettre en exergue les options thérapeutiques largement disponibles et innovantes ainsi que les dernières avancées de la recherche en acouphénologie.

« Les acouphènes sont une maladie curable et impliquent diverses disciplines cliniques » a rappelé Berthold Langguth, président du Comité exécutif de la TRI et neurologue à l’université de Ratisbonne en Allemagne, en ouverture de la
 première conférence plénière du
 congrès.

Au cours de cette session 
intitulée « Gestion des acouphènes :
 une approche multidisciplinaire »,
six professionnels ont présenté les 
fondamentaux en matière de diagnostic et de thérapeutique dans différentes spécialités. L’éclairage de l’ORL a été apporté par Tobias Kleinjung, de l’université de Zurich, qui a souligné l’importance du premier contact entre le médecin ORL et le patient acouphénique, rappelant qu’il doit notamment « prendre en compte le contexte psychosocial du patient et éviter le catastrophisme au moment de l’annonce du diagnostic. » Selon lui, l’ORL devrait avoir un rôle de coordinateur lorsque des professionnels d’autres disciplines sont impliquées dans la prise en charge.

Berthold Langguth a, quant à lui, formulé des souhaits résolument tournés vers la mise en œuvre pratique des nouvelles modalités de traitement, soulignant que « Le succès de la prise en charge des acouphènes dépend de l’implication de toutes les disciplines, œuvrant ensemble. Il est nécessaire d’établir des centres et des réseaux dédiés supplémentaires, tout autant que de développer davantage de traitements. Nous sommes, aujourd’hui encore, confrontés à des limites, certaines pourront être dépassées par une meilleure reconnaissance des différents sous-types d’acouphènes et l’identification des facteurs prédictifs des résultats thérapeutiques. »

carrevert Acouphènes : les jeunes aussi !

Deux études cliniques récentes, l’une menée au Brésil et l’autre en Belgique, confirment la forte prévalence des acouphènes chez les jeunes. Les enquêtes révèlent de plus que les réactions des adolescents comme de leurs parents sont caractérisées par une certaine incrédulité quant au caractère pathologique de ce symptôme. Deux spécialistes, Tanit Ganz Sanchez (San Paolo) et Sarah Rabau (Anvers) tirent la sonnette d’alarme contre cette passivité et tentent de médiatiser les quelques éléments clés de prévention.......

La suite dans la Revue 82

 

Abonnement à la Revue : paiement par carte bancaire

Imprimer le bulletin d'abonnement à la Revue