France Acouphènes - 92 rue du Mont Cenis - 75018 Paris - Tél : 0 820 222 213

Faire bon ménage avec son assiette ?

Échanges autour des principes de l’alimentation naturopathique

Toujours à la recherche du mieux-être, notre vice-président, Ange Bidan, a voulu en savoir plus sur la naturopathie et a rencontré une naturopathe, Julie Girard, avec laquelle il a évoqué nos pathologies.

Vous devez vous dire : et les acouphènes dans tout ça ? Pour une personne souffrant d’acouphènes, il y avait la vie avant et la vie après, ce qui, pour certains d’entre nous,nous oblige à adopter une meilleure hygiène de vie.

Julie Girard donne quelques conseils que chacun prendra selon ses attentes.

La naturopathie c’est avant tout l’art de bien vivre dans son corps par des techniques naturelles (alimentation, phytothérapie, relaxation...).

Nous aborderons ici les principes de base de l’alimentation naturopathique. L’alimentation est ensuite individualisée selon le terrain, l’environnement (écologique, économique et social) et l’histoire de la personne. Pour aller plus loin, nous vous conseillons l’accompagnement d’un naturopathe.

Faire du repas un plaisir

L’alimentation commence par le plaisir que procure le « moment » même de se nourrir. Nous invitons donc à créer un climat de calme, de plaisir, de sérénité... notamment par l’instauration de rituels (décorer la table, décorer les plats, s’installer confortablement...).

Préférer un repas léger

Les repas seront pris de manière frugale. Nous conseillerons, comme nos amis asiatiques, de sortir de table en ayant légèrement faim, afin de ne pas surcharger l’organisme lors de la phase de digestion.

Une alimentation à base de produits complets

Favoriser les aliments simples, frais et de saison. Dame nature nous offre les nutriments clés selon les saisons :

se nettoyer de l’hiver avec le céleri, le poireau, les salades... retrouver la vitamine C avec les herbes fraîches...

Allonger le temps de mastication

Favoriser une bonne mastication, pour être rassasié plus rapidement, informer le cerveau des enzymes nécessaires à la dégradation des aliments dans le tube digestif, préparer la digestion en broyant les nutriments... manger en conscience, tout simplement, et savourer les saveurs et textures

De préférence des fruits et légumes issus de l’agriculture biologique

pour minimiser l’impact des pesticides, sinon préférer éplucher la peau. On retrouve environ 34 pesticides différents sur les pommes non bio !

Choisir les céréales complètes       

Les céréales complètes contiennent la peau et donc toutes les vitamines et sels minéraux.

Alterner riz complet, quinoa, seigle, sarrazin …

Nous conseillerons donc de supprimer les produits raffinés, préparés... contenant aussi des additifs alimentaires, dont les conséquences commencent à être connues : 169 additifs répertoriés comme nocifs pour la santé... Il est estimé qu’un enfant peut consommer jusqu’à 100 additifs alimentaires par jour ! et vous ?

Consommer les fruits frais en dehors des repas

En collation vers 11 h ou 17 h. Les vitamines, fibres et sels minéraux seront mieux assimilés, pris isolément du bol alimentaire. Pour les gourmets qui apprécient de terminer par une touche sucrée, inventez des recettes à base de fruits cuits (papillote, compote, crumble, tarte... et parsemer d’épices, notamment du « 4 épices », ou cannelle).

Réduire le sucre blanc

Certaines personnes atteintes d ‘acouphènes ont vu les bruits diminuer par la suppression totale du sucre blanc (produits raffinés, sucreries, pain blanc et autres céréales non complètes...). (NDLR : Il n’y a pas de preuve scientifique à ce jour.)

Éviter les édulcorants artificiels

Préférez le sucre complet aux sucrettes ou produits allégés !

Associer systématiquement un féculent et une protéine

Pour cela, inspirez-vous aussi des recettes orientales qui associent pois chiches et semoule, lentilles et riz... donc protéines végétales et féculent.

Consommer le midi de la viande blanche (lapin, poulet...) ponctuellement de la rouge pour récupérer un acide aminé essentiel, en évitant les encrassant comme le porc, l’agneau et le mouton).

Favoriser aussi les poissons gras.

(maquereau, sardine, truite, saumon...) en les préparant aussi à la vapeur (papillote) ou cuit dans le citron (gingembre/saumon/citron, par exemple) trois fois par semaine. À consommer le soir en alternance avec les légumineuses.

Nous vous conseillons de consommer les corps gras crus pour profiter pleinement des oméga 3, 6 et 9.

Préférer les modes de cuisson à la vapeur

et ajouter au dernier moment les huiles crues de première pression à froid(olive/colza, noix, lin, germe de blé...).Toutes les huiles se conservent au réfrigérateur sauf l’huile d’olive, car elles s’oxydent très rapidement.

Santé des intestins

« Un sage est une personne dont l’intestin fonctionne bien » Bouddha.

Vous entendrez aussi les asiatiques parler du second cerveau pour les intestins. En effet, il contient 100 millions de neurones : c’est vraisemblablement l’organe cible des décharges psycho-émotionnelles !

Les intestins, c’est aussi 100 000 milliards de bactéries qui regroupent 400 espèces différentes, empêchant l’installation de parasites, virus, mycoses... La muqueuse intestinale peut produire jusqu’à 70 % de nos anti-corps !

Nous trouverons la quantité de bactéries nécessaires sous forme de compléments alimentaires avec les conseils d’un pharmacien ou naturopathe.

Préférer la respiration abdominale

Pour favoriser aussi cette transaction, nous vous invitons à prendre soin de votre respiration abdominale. Elle joue un rôle clé dans le péristaltisme intestinal et le bon déroulement de la digestion.Pour cela, nous vous conseillons de pratiquer aussi la sophrologie.

Alors, par quoi commencer ?

Diminuer fortement

  • Sucres
  • Additifs alimentaires
  • Excitants (thés, café, cigarette, alcool)
  • Stress au moment des repas

Favoriser

  • Huile crue bio de première pression à froid
  • Produits frais, locaux et biologiques
  • Fruits frais en dehors des repas
  • Cure de pro et prébiotiques (sur conseil d’un praticien)
  • Mastication, respiration abdominale et temps calme pour le repas, notamment par la sophrologie.

T i n n i T u s s i m o – n° 69 - 3 e T r i m e s T r e 2 0 1 0