France Acouphènes - 92 rue du Mont Cenis - 75018 Paris - Tél : 0 820 222 213


Tinnet©, ou la prochaine étape contre les acouphènes : vers une médecine pragmatique

Extrait de la revue Audiology Infos 36 avec l’autorisation de Guillaume Bureau

La TRI (Tinnitus Research Initiative) a joué un rôle déterminant dans la convergence des différentes recherches sur les acouphènes menées dans une variété de domaines scientifiques. L’initiative européenne TINNET « Mieux comprendre l’hétérogénéité de l’acouphène pour améliorer et développer de nouveaux traitements » fait figure de nouvelle étape en ce sens. Elle vise à coordonner et normaliser la recherche sur les acouphènes et à compléter les connaissances existantes à l’aide des résultats d’essais cliniques. Ceci permettra à terme d’établir des bases statistiquement pertinentes pour la recherche sur les acouphènes. Cette initiative est la promesse de procédures normalisées qui permettront une évaluation sur-mesure, adaptée au cas par cas.

Présentation par le Dr Berthold Langguth.

Article écrit par Leendert van der Ent, rédacteur en chef Audiology infos Pays-Bas

« Quand l’initiative TRI a démarré en tant qu’initiative privée en 2006, il n’y avait que très peu de recherches menées sur les acouphènes considérant le nombre de gens qui en souffrent. » Le Dr Berthold Langguth, directeur du Centre sur les acouphènes de l’université de Ratisbonne en Bavière (Allemagne), explique que « Ces recherches étaient isolées, et les résultats obtenus restaient cloisonnés au sein des différents domaines de spécialité, en ORL, audiologie, psychologie, psychiatrie, etc. ».

La TRI a su faire converger toutes ces disciplines afin de partager leurs conclusions et leurs recommandations. « À ce moment-là, poursuit le Dr Langguth, l’hypothèse générale était qu’il n’existe aucun traitement contre les acouphènes, et qu’il faut simplement apprendre à vivre avec. » Les personnes engagées dans la TRI, cependant, pensent que les acouphènes devraient, en principe, être traitables – par exemple à l’aide de stimulations électriques – même si à ce jour il n’a pas encore été possible de démontrer l’efficacité de ce traitement, ni d’aucun autre.

Leur devise était, et est toujours : « Ensemble pour un traitement ». De nombreuses avancées ont déjà été réalisées, et il a été possible de limiter les souffrances de beaucoup de patients.

TINNET© veut porter la recherche sur les acouphènes à l’étape suivante par l’élaboration d’un système de gestion de base de données. Ce dernier permettrait d’aider dans le choix du meilleur traitement pour chaque patient.


 

 

 

carrevert Une approche « evidence-based* »

* basé  sur l'évidence

« Mais les acouphènes restent une maladie très hétérogène, difficile à traiter, souligne le Dr Langguth. La plupart des traitements sont pionniers, et relèvent d’études pilotes. » À ce jour, il n’existe aucune méthode de traitement basée sur des preuves (“evidence-based“), à part la thérapie cognitivo-comportementale qui peut prendre différentes formes. Berthold Langguth poursuit : « Mais cette thérapie n’affecte pas la perception des acouphènes en elle-même.

Elle a pour but d’aider les patients à mieux les supporter. S’il est vrai que dans de nombreux cas elle permet de soulager les patients, ce n’est pas encore une solution adaptée à tous ceux qui souffrent d’acouphènes. Il existe un éventail très large d’approches en dehors de celle-ci, chacune avec sa propre logique.

La compensation de la perte auditive, parfois combinée avec des formes de stimulation auditive, est une approche globalement acceptée, mais il est nécessaire de mener des études « contrôles » de grande envergure afin de démontrer l’efficacité de ces approches. Des formes innovantes de stimulation auditive individualisée préconisent l’utilisation de sons ou de musique dans des zones de fréquences proches des fréquences des acouphènes.

Ces formes de stimulation auditive personnalisée peuvent interagir avec les mécanismes neuronaux qui sont à l’origine des acouphènes, et des études donnent d’ores et déjà des résultats prometteurs. »

« Mais il nous reste encore un long chemin à parcourir, souligne Berthold Langguth. Quelle est l’ampleur des effets cliniques ? Quelles variantes ont le plus de résultats avec quels types de patients ? Quelles attentes pouvons-nous avoir de traitements pharmaceutiques ou de stimulations électriques ou magnétiques ? Avant de pouvoir intégrer ces nouveaux traitements dans une routine clinique, il est nécessaire d’établir une base statistique pertinente, fondée sur des conclusions d’études de grande ampleur. »


carrevert De nouveaux enseignements

L’initiative TINNET a vu le jour pour initier précisément ce changement. Elle a été validée par le Comité des hauts fonctionnaires du COST (programme de coopération européenne dans le domaine de la recherche scientifique et technique), lui assurant par là-même un finan- cement européen. « Grâce à cela, nous pourrons faire progresser la recherche sur les acouphènes, et passer à la vitesse supérieure, explique Berthold Langguth. Nous dépendons encore beaucoup de résultats d’essais isolés touchant quelques dizaines de patients hétérogènes, ce qui signifie que les résultats obtenus dépendent en grande partie de la configuration du groupe. Une fois que nous aurons accès aux données de dizaines de centres, voire plus peut-être, sur des essais semblables, nous pourrons les intégrer dans cette base de données et cela nous ouvrira de nouvelles portes. »

« Lorsque nous aurons recueilli les données sur un échantillon plus large de patients, nous pourrons en déduire de nouveaux enseignements, poursuit-il. Nous pourrons mieux comprendre les différentes formes d’acouphènes qui existent, et identifier les différences d’une forme à une autre. Notre objectif est de pouvoir créer un système de gestion de base de données, ce qui permettra d’aider àidentifierlemeilleurtraitementpourchaquepatient.

      

Nous espérons que, d’ici quelques années, nous pourrons consulter la base de données pour voir, par exemple, quelles recommandations existent pour un patient de 56 ans souffrant depuis deux ans d’un acouphène tonal des suites d’un traumatisme sonore. La base de données pourra indiquer qu’une combinaison de tel ou tel médicament accompagné d’une stimulation auditive pourrait être le traitement de première intention qui a le plus de chance de fonctionner pour cet individu.

                                     


pour en savoir plus

http://tinnet.tinnitusresearch.net/

 

TINNITUSSIMO 86 - 4e TRIMESTRE 2014