France Acouphènes - 92 rue du Mont Cenis - 75018 Paris - Tél : 0 820 222 213

Témoignage de Caroline

Je suis née le 06 Octobre 1970, ma vie bascule en Février 1986 lors d'un carnaval à la MARTINIQUE, j'y suis avec mes parents , nous logeons chez des amis et c'est avec la fille de ces amis que je passe six heures derrière un char .....ma vie bascule alors.

Lorsque je sors de cette parade je suis sourde, je reviens chez eux , je n'entends plus rien, c'est la période de carnaval, aucun médecin ne consulte , nous attendrons le lendemain mais il est déjà trop tard !
 
Je suis sourde, des sifflements permanents emplissent toute ma tête , je me dis alors que çà va s'arrêter, cependant de retour à PARIS, je consulte une multitude de grands spécialistes et tous me disent qu'il faut que je vive avec çà, que c'est irréversible, que mon oreille interne est détruite, que je vais continuer à vivre mais que je dois à tout prix éviter le bruit .
 
Je suis alors en seconde, je ne dors plus, ne peux plus me concentrer, j'arrête mes études, je suis perdue, je fais une grosse dépression, je manque terriblement de sommeil, je n'ai plus goût à rien, je pleure beaucoup, je tombe très bas , ma vie s'est stoppée à l'âge de 16 ans, plus de rire, plus d'ami , plus d'insouciance, je suis si triste, je subi cette vie d'horreur, je deviens tout de même coiffeuse, puis professeur de coiffure et de technologie , mais mes sifflements continuent de me pourrir la vie , je ne supporte aucun bruit, je travaille avec des boules quies de temps en temps c'est affreux .Je veux avancer, être plus forte que ces acouphènes cependant je renonce , je suis alors maman d'un petit garçon que ma mère élèvera les premiers mois car il crie trop fort, pour moi c'est insupportable. Je dois laisser mon enfant et partir, fuir ses cris, c'est de nouveau une période très difficile qui s'amorce, un second petit garçon pointera le bout de son nez 4 années plus tard, cela se passe mieux , je suis vraiment sa maman cette fois, je passe par dessus mes peurs, mes angoisses incessantes et ces doutes !
 
En 2000 j'enfante d'un petit garçon atteint de la maladie de Hirschsprung * , pendant cinq années je reste à ses côtés nuit et jour, il subira sept interventions chirurgicales, je pense moins à mes oreilles, je me dis que mon problème à côté des siens sont dérisoires, être mère m'a aidé à accepter, à avancer, au jour d'aujourd'hui je suis pratiquement sourde de l'oreille gauche, n'ai plus de centre de gravité , retourne depuis peu au cinéma mais avec des protections, ne sors pas , évite les réunions de famille auxquelles je ne comprends strictement rien car tout se mélange dans ma tête, je deviens folle, comment converser avec des protections auditives, moi qui adorait danser : c'est terminé , je ne veux plus prendre aucun risque, je me rends compte que même sans aller au bruit mes sifflements augmentent tout de même, avec le stress, j'ai eu la rougeole à l'âge de 20 ans : la fièvre a provoqué l'augmentation de mes acouphènes ....
Une petite Victoria est née le 16 Octobre 2003, un nouveau rayon de soleil dans une vie chaotique , je suis certaine à présent que sans mes enfants je ne m'en serai pas sortie.
 
Ils m'aident à me lever après une nuit blanche ou très agitée , ils m'aident à entrevoir l'avenir, ils m'aident à me préparer le matin, pour eux je vis, je respire, je pleure beaucoup, ai les nerfs à fleur de peau trop souvent, suis très émotive depuis ces acouphènes, la maladie de mon fils m'a endurcie un peu !
 
J'ai repris depuis trois ans une activité au sein du collège de mes enfants, il y a des hauts et des bas , cela toujours à cause du bruit, j'ai tellement peur, suis toujours angoissée, mes enfants sont heureux car ils savent que je ne suis jamais très loin, cependant je craque régulièrement car les nuits restent mon pire cauchemar, sans parler de tous ces bruits qu'il y a dans ce collège, mais avancer est ma devise, si je recule, si je décide de rester enfermée chez moi c'est la fin, il ne faut pas se couper des autres , même si c'est plus facile à dire qu' à faire , en ce moment mes oreilles  sifflent encore plus fort, j'entends de moins en moins bien, mais je me résigne, de toute façon il n'y a rien à faire ...cependant,pour mes enfants je me battrais jusqu'au bout .
 
Merci de transmettre mon témoignage aux autres victimes de ces acouphènes , message d'une maman de 41 ans qui se bat pour ne pas sombrer !
 
* La maladie de Hirschsprung est  une anomalie de fonctionnement de la partie terminale de l’intestin se traduisant par une constipation ou une occlusion intestinale. Cette maladie peut être isolée ou s’inscrire dans un syndrome.