France Acouphènes - 92 rue du Mont Cenis - 75018 Paris - Tél : 0 820 222 213

La nocivité du bruit - Prévention des traumatismes

La nocivité du bruit tient au fait qu’il y a peu de sons forts dans la nature.

Au cours de son évolution, le système auditif n’a pas développé une protection suffisamment efficace pour recevoir, sans dommages, les énergies sonores élevées qui sont produites par le génie humain, en particulier dans la musique ou l’industrie.Les sons deviennent nocifs lorsque leur intensité dépasse les possibilités de réception de l’oreille :

Au-dessous de 80 dB, il n’y a pas de risque de dégradation brutale de l’audition ; Au-dessus de cette valeur, le risque augmente avec le niveau.

ATTENTION : la progression du niveau se fait selon une échelle logarithmique : si deux sources sonores ont une amplitude de 73 dB, la suppression de l’une des deux laisse subsister un niveau de 70 dB.

VOUS ÊTES EXPOSÉ À 85 DB ET PLUS :

  • Lorsqu’il vous est difficile de soutenir, sans crier, une conversation à 1 mètre de votre interlocuteur ;
  • Dans une file de voiture, lorsque votre voisin entend votre autoradio toutes vitres fermées ;
  • Dans le train ou le métro, lorsque votre voisin entend distinctement votre baladeur.

Les amateurs de musique et musiciens qui veulent jouir pleinement des différents aspects de leur art, devraient écouter la musique à des niveaux où les performances de l’oreille sont maximales, c’est-à-dire entre 40 et 80 dB.

POUR RÉDUIRE LE RISQUE :

  • Évitez les établissements, les groupes et les activités qui fondent leur réputation sur un niveau sonore élevé ;
  • Dans les concerts, éloignez-vous des enceintes acoustiques : ceci est efficace, surtout en plein air ;
  • Ayez le souci permanent de contrôler le niveau sonore du baladeur, de la chaîne Hi-Fi et de l’autoradio ;
  • En discothèque ou au concert portez, en respectant bien leur mode d’emploi, des filtres auditifs ou des bouchons protecteurs en mousse. Ils sont invisibles et efficaces
  • Réduisez la durée d’exposition ; les durées hebdomadaires d’écoute ne doivent pas dépasser : - 20 heures à 93 dB (A) (baladeur, autoradio) ; - 4 heures à 100 dB (A) (baladeur à volume maximum, bars musicaux) ; - 2 heures à 102 dB (A) (discothèque) ;
  • La capacité d’enregistrement des baladeurs numériques, ainsi que leur faible encombrement qui permet de les avoir toujours sur soi, accroissent la tentation d’une écoute prolongée ; Après un concert ou une soirée en discothèque, ne vous précipitez pas sur le baladeur pour réécouter vos titres préférés ; mettez votre oreille au repos, au calme, pour un temps de récupération de 12 à 24 heures ;
  • Évitez les longues écoutes au casque où l’on a tendance à monter peu à peu le niveau, pour finir à des niveaux dangereux.
  • En cas d’écoute de musique via oreillettes ou casque, préférez les casques isolants à réduction de bruit pour une sensation de son immersif et pour éviter d’augmenter le volume pour couvrir les sons extérieurs.

Si les yeux ont des paupières, les oreilles n’ont pas de clapets. Bien que nos oreilles soient dotées d’un mécanisme de protection - le réflexe stapédien - celui-ci ne peut résister aux puissances sonores créées par l’homme. Pour protéger son système auditif, il existe les protecteurs individuels contre le bruit. Ceux-ci sont non seulement conçus pour protéger, mais également pour conserver le plaisir du son.

 

DIFFÉRENTS PROTECTEURS EXISTENT :
  • les casques
  • les bouchons mousse
  • les bouchons en silicone
  • les bouchons silicone à filtre
  • les bouchons sur mesure à filtre acoustique          

Pour information :

Le baladeur numérique est limité à 100 dB.
Les discothèques ont une obligation de ne pas dépasser 102 dB

 

Les mécanismes de défense du système auditif permettent de diminuer l’amplitude des vibrations sonores. Un bruit qui surprend, qui se prolonge ou trop intense entraîne une diminution de la sensibilité auditive.

L’accumulation va générer une « fatigue auditive ». Aussi, il est important de respecter un temps de récupération de 6 à 12 heures.

Selon le Dr Mireille Tardy, la nuit peut offrir cet espace lorsque l’ambiance sonore se situe autour de 30 dB.

source JNA voir le pdf